Bulletin d’informations 2009

Interview


En Janvier, on a fait un interview avec moi et on l’a publié sur le site www.brieftauben-markt.de .
Parce qu'il y avait des questions qui me paraissaient intéressantes, il me semblait une bonne idée de traduire une part dans ce bulletin d'infos et une autre dans celui du mois prochain.

Nouvel an


Il est temps pour les bonnes résolutions. Nous en faisons tous. Mais la plupart d’entre eux se limite à des bonnes intentions. L’on fait aussi des bonnes résolutions concernant les soins des pigeons. Ce serait une bonne chose si ceux-là devenaient réalité.

Interview

En Janvier, on a fait un interview avec moi et on l’a publié sur le site www.brieftauben-markt.de .
Parce qu'il y avait des questions qui me paraissaient intéressantes, il me semblait une bonne idée de traduire une part dans ce bulletin d'infos et une autre dans celui du mois prochain.

Interview avec le Docteur Boskamp (3ème partie)

Y a-t-il de nouveaux syndromes qui représentent une menace pour la santé des pigeons?

Des nouvelles de notre Clinique


Au début de la saison compétitive, tout le monde est plein de courage. Mais après quelques vols, comme maintenant, nous recevons les premiers colombophiles déçus avec la question: pourquoi mes pigeons ne volent-ils pas? Dans la plupart des cas, il est possible de trouver des causes sous-jacentes, parfois graves (Paratyphus, virus Herpes, Staphylocoques etc.). 
Mais il y a aussi une partie des colombophiles qui ont fait exactement comme les autres années concernant l'accompagnement médical des pigeons.
Cela veut dire quoi?

Les jeunes pigeons-revue

“Comment se fait-il qu’il y a tant de jeunes pigeons qui n’ont pas la condition qu’il faut?” . Ce dernier mois c’est la question que je reçois le plus dans mon courrier électrique et pendant les consultations.
J’ai déjà consacré un bulletin d’infos aux jeunes le mois passé. Quelqu’un qui lit attentivement, peut en soutirer assez d’infos sur les maladies qui affaiblissent les pigeons ces derniers temps.
Pas qu’il n’y a pas ce genre de maladies à d’autres moments de l’année. Mais les circonstances sont plus favorables pour développer des maladies en ce moment. Et les dégâts sont d’autant plus grands.


Staphylocoques

Il y a un nombre de bactéries chez les pigeons qui n’ont pas eu beaucoup d’attention ces derniers temps. On dit qu’ils sont des pathogènes facultatifs.
Cela veut dire qu’ils ne causent que rarement des symptômes ou même la mort.
Un d’entre eux est la bactérie nommée Streptococcos gallolyticus. Cette bactérie est capable de causer une mort subite chez un ou plusieurs pigeons. Il s’agit souvent des pigeons femelles qui couvent ou les jeunes qui meurent d’une septicémie à la suite d’une infection avec la bactérie concernée. En fait, celle-ci est présente dans tous les pigeons. Ce n’est que dans les circonstances favorables qu’elle peut avoir des effets nuisibles et que le patient devient malade ou meurt. Il est sage d’assumer que cette bactérie peut aussi avoir des effets sur les performances des jeunes durant les vols. Ces pigeons ont mal à la gorge, comme les humains qui ont des maux de gorge. Ces pigeons peuvent aussi avoir tendance à boire beaucoup plus que d’habitude.
Mais il y a encore d’autres bactéries qui peuvent causer des problèmes quand ils ont l’opportunité. Par exemple, il y a les bactéries nommées Klebsiella et les différentes souches de Proteus qui peuvent entrainer une période de reproduction désastreuse. Les jeunes peuvent mourir en masse tandis que les parents ont l’air en bonne santé.
Il y a encore une autre bactérie qui mérite notre attention: Nous faisons beaucoup plus de recherches en ce moment à ce sujet. Parfois il est difficile de démontrer sa présence. Nous le diagnostiquons souvent quand les pigeons n’ont pas (encore) de problèmes.

Problèmes intestinaux-Paratyphose-Adenocoli-Disfonctionnement de l’intestin-Résistance naturelle.

Un bon fonctionnement du tube digestif est indispensable pour garder l’immunité saine et garder une bonne condition. On ne dit pas pour rien que ‘la mort se cache dans les intestins’. Pour leur fonctionnement, il faut une bonne flore intestinale et ceci compte pour tous les animaux. Bien que les pigeons ont une flore intestinale limitée, sa santé n’en est pas moins importante pour que les intestins fonctionnent correctement. Nous pouvons y contribuer en les offrant une bonne nourriture et des produits qui stimulent les fonctions intestinales, comme par exemple les Prébiotiques. En conservant l’équilibre nécessaire, l’on donne moins de chances aux bactéries pathogènes d’adhérer aux parois de l’intestin. Car il arrive souvent que des pathogènes se trouvent dans l’intestin sans qu’ils causent des symptômes. Ceci, parce que l’équilibre est intact. S’il y a plus de chance que les pigeons ingèrent des bactéries pathogènes, il peut être utile d’administrer des Probiotiques, les bonnes bactéries en somme, pour garder la flore intestinale saine.
Si l’équilibre reste en place, les pathogènes auront beaucoup moins de chances de se proliférer.


La saison des expositions

 

Le mois prochain, nous serons a nouveau présent sur divers expositions comme Rosmalen, Ostende et Kassel.

Nous allons prévoir des promotions intéressantes, comme d’habitude. Nous allons aussi introduire des produits nouveaux, comme par exemple L’Huile d’ail Bony et l’Huile de Germe de blé Bony, mais également le Power Glutavit Bony. Ce dernier produit contient un mélange de Protéines de Lait et Multivitamines avec des Oligo-éléments et de la Glutamine pour les muscles.

Nous fournirons certainement aussi toute l’information sur le produit de Base Bony, le supplément idéal pour les gens qui préfèrent une approche plus naturelle.

 

Ornithose- Problèmes respiratoires-Les têtes enflées

 

Les problèmes respiratoires peuvent être vus des points de vue différents.

D’un point de vue scientifique, l’on est surtout intéressé aux pathogènes différents qui enclenchent l’Ornithose. L’on fait donc surtout attention aux divers pathogènes pendant les examens, comme les bactéries, les protozoaires et les virus. D’un point de vue scientifique, il est en effet important de savoir quel pathogène cause quelle maladie.

Mais d’un point de vue colombophile, mais aussi du point de vue d’un vétérinaire colombophile, il est surtout important de contrôler les problèmes respiratoires dans leur totalité. Ceci parce que c’est l’ensemble des pathogènes, combiné avec les circonstances (des pigeonniers, des transports, etc) qui font que la maladie apparaît et dans quel degré. D’un point de vue d’accompagnement médical, il est très important de pouvoir contrôler le Complexe Ornithose dans sa totalité. Ceci demande une approche différente que celle d’un scientifique. Puisque nous n’avons presque pas de cas d’Ornithose dans les périodes plus paisibles, bien que les pigeons entrent aussi en contact avec les différents pathogènes dans ces mois là, nous pouvons conclure que les circonstances ont bel et bien une influence sur l’apparition des symptômes.

 

Ceci démontre que certains conditions doivent se réunir pour pouvoir causer une épidémie. Il est donc logique que l’on peut limiter le taux d’infection et donc les épidémies en adaptant les circonstances. L’on peut améliorer la ventilation, éviter le surpopulation, augmenter l’hygiène etc.

 

Il est donc aussi important de diminuer le taux d’infection pour éviter que les pigeons tombent malade à cause du complexe Ornithose. Et puis, le plus important est d’augmenter l’immunité des pigeons, pour que les pathogènes ne reçoivent aucune chance de se proliférer.